Axes de recherche

Axe 1 – Les stratégies intégrées transport-urbanisme

Cet axe porte sur la définition de solutions opérationnelles innovantes visant une meilleure intégration des dynamiques de développement territorial et de gestion des déplacements quotidiens, dans le contexte montréalais. Dans cette perspective, des connaissances nouvelles sont produites afin d’appréhender au mieux le fonctionnement des territoires en lien avec les pratiques de mobilité. Une aide méthodologique est également proposée aux acteurs du territoire afin d’enrichir les différentes phases de l’action publique. Nous focaliserons notre attention sur des thématiques clés de la promotion de la mobilité et de l’aménagement durable des territoires dans la région montréalaise :

  • Les nouveaux besoins sociaux, spatiaux et temporels de la mobilité quotidienne : l’analyse des conditions d’équité sociale et d’accès au territoire métropolitain et à ses différentes destinations est un enjeu de connaissance central pour l’action collective dans une perspective de promotion d’une mobilité urbaine plus durable.
    Cet enjeu se décline notamment autour de l’analyse et la compréhension des liens entre mobilité quotidienne, vieillissement et santé publique ; des liens entre aménagement, mobilité et accessibilité universelle ; des liens entre mobilité quotidienne et environnement urbain ; des liens entre la diversification des besoins de mobilité et les processus d’hybridation des systèmes de transport;
  • Les nouvelles politiques et services innovants : les réponses stratégiques à développer dans le cadre de la promotion de projets intégrés en aménagement et transports urbains prennent désormais appui sur diverses composantes telles que la relation entre les formes de densité urbaine et leurs processus de production / appropriation / acceptabilité, le développement de réseaux de transports (notamment collectifs) et les déterminants individuels de la mobilité quotidienne ; le rôle de l’aménagement de l’espace dans la promotion de la mobilité active. Ces politiques peuvent également s’enrichir de la comparaison de stratégies de type T.O.D, Hub, nouvel urbanisme et du modèle smart cities/Villes intelligentes promues au Québec et ailleurs. Elles ont également intérêt à prendre en considération les conditions et les effets des politiques temporelles, d’information et de gestion individualisée de la mobilité (marketing social et management de la mobilité) ainsi que les nouvelles réponses (de type télé-travail, E-commerce etc.) face aux besoins de mobilité et leurs impacts directs sur les déplacements quotidiens des individus.
Axe 2 – Les instruments de l’intégration transport-urbanisme

Cet axe porte sur les processus et les instruments mobilisés par les acteurs publics pour assurer l’opérationnalisation et l’efficacité de la planification intégrée transport-urbanisme. Les travaux de cet axe sont l’occasion de proposer aux acteurs des méthodes de travail renouvelées susceptibles de favoriser la coopération entre acteurs et des modalités innovantes de coordination de leurs actions dans le temps et dans l’espace. Ils visent également la production d’indicateurs de priorisation des projets intégrant le transport et l’aménagement ainsi que d’indicateurs de suivi et d’évaluation des actions.

  • La gouvernance métropolitaine et locale des transports et de l’urbanisme : nous proposons d’évaluer les conditions et les facteurs institutionnels de la promotion d’une planification intégrée transport-urbanisme dans les différents contextes métropolitains et locaux des villes québécoises et notamment dans le contexte montréalais (cadres légaux, système d’acteurs, compétences et ressources) ; cette évaluation s’enrichira d’une analyse comparée internationale de ces questions afin de nourrir les différents cas québécois de regards croisés sur des situations étrangères éclairantes et pertinentes;
  • La coopération des acteurs – la coordination des actions : au-delà des cadres institutionnels de l’action publique, il est également central de prendre en compte les processus sous-tendant la production, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques afin de saisir les conditions propices à une plus grande intégration des composantes urbaines et de mobilité au cœur des stratégies promues. En effet, la cohérence de l’action urbaine et son efficacité dépendent de deux catégories d’instruments mobilisés par les acteurs, ceux de pilotage de l’action (modalités de concertation entre acteurs publics; expertises mobilisées ; connaissances produites ; rôle de la participation publique) et ceux de mise en œuvre de l’action (modalités de réalisation ; partenariat ; suivi et évaluation des politiques);
  • Le cadre légal et le financement des transports et de l’aménagement urbain : au cœur du débat sur le choix des actions d’aménagement urbain et de transports à promouvoir se trouve la question des sources et des conditions de financement des projets. Ainsi la question de la nature et de la disponibilité des financements (montage de projet, ressources fiscales, tarification, principes d’utilisateurs/bénéficiaires-payeurs etc.), sera au cœur d’un benchmarking international ayant pour ambition de définir des pistes possibles de renouvellement des méthodes et des instruments de partenariat et financement des politiques de transports et de l’urbanisme montréalais. Les cas des ressources liées à la contribution des promoteurs immobiliers, plus largement à la valorisation du foncier, et à l’aménagement des nouveaux secteurs d’urbanisation seront notamment étudiés.
Axe 3 – Mise en œuvre et suivi des planifications métropolitaines intégrées

Ce dernier axe est tout à fait original puisqu’il est entièrement consacré à l’aide à la décision et au transfert de connaissances en direction du milieu. Il a pour but d’accompagner la production et la mise en œuvre des planifications intégrées aménagement-transport-urbanisme aux échelles métropolitaines et locales. L’axe a pour ambition de contribuer ainsi aux actions d’ajustements des organisations régionales et municipales aux nouveaux enjeux et objectifs de l’intérgation du transport et de l’urbanisme mais également d’assurer le suivi-évaluation des plans. Voici ces différentes composantes :

  • Développer une réflexion sur les innovations de l’action liées à certains enjeux métropolitains spécifiques en lien avec des sites de planification et des grands projets urbains dans différents contextes nationaux. Parmi ces enjeux, ceux relatifs à la densification urbaine, la production du logement et la localisation des activités de la « nouvelle économie » et leur intégration dans l’espace urbain en lien avec les infrastructures de transport par exemple. Mais aussi les enjeux relatifs à la gouvernance métropolitaine, ses différentes formes, modalités et les instruments de l’action collective seraient également considérés;
  • Regarder vers d’autres métropoles canadiennes et ailleurs dans le monde afin de nourrir les regards croisés des recherches et assurer la production d’une recherche critique propice à éclairer la situation montréalaise et l’aide à la décision. Les comparaisons en Amérique du nord (au Canada entre Montréal, Ottawa-Gatineau, Toronto etc., et aux USA également) et avec l’Europe seraient particulièrement riches sur les différentes thématiques évoquées et pourrait nourrir une activités de veille également portant sur les pratiques expériences enrichissantes pour l’action collective montréalaise;
  • Contribuer au suivi des plans d’aménagement et de transport dans la région métropolitaine de Montréal et des agglomérations québécoises. Le renouvellement récent des planifications spatiales et de transport au Québec est une occasion unique d’accompagner les décideurs et les acteurs publics concernés par ce plan, aux niveaux métropolitain et local, dans la concrétisation de l’intégration transport-urbanisme en proposant des indicateurs de suivi et évaluation des actions mises en œuvre.