Séminaire In.SITU N°12 | L’exercice du droit à la ville des femmes et des hommes et l’influence des aménagements urbains : une étude de cas montréalaise | Présentation des résultats de la recherche doctorale |

This image has an empty alt attribute; its file name is Seminaire-In.SITU-n°12-01-1.pngIntervenante : Frédérique Roy Trempe
Date : Jeudi 6 décembre 2018 de 12h30 à 14h00
Lieu : UQAM campus central (sur invitation seulement)

Résumé de la présentation :

Le droit à la ville, initialement articulé en 1968 par Henri Lefebvre, se voulait une proposition révolutionnaire repensant de façon radicale la ville – sa production, son fonctionnement et sa reproduction. Cette idée a également inspiré militantisme et nombre de mouvements sociaux luttant pour différentes causes. Cette thèse a pour objectif principal de comprendre l’exercice du droit à la ville des femmes et des hommes et les liens qu’il y a entre leur exercice du droit à la ville, les caractéristiques démographiques, sociales et économiques et les différentes façons d’aménager l’espace urbain. Les réalités et les expériences des femmes et des hommes diffèrent et la structuration de l’espace a un effet différencié selon le genre.

Afin d’étudier les effets de l’aménagement urbain sur l’exercice du droit à la ville des femmes et des hommes, nous avons opté pour une étude de cas en analysant les effets du réaménagement du secteur Laurier-Est. Il s’agit d’un projet de réaménagement élaboré par l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal (Ville de Montréal) et implanté de 2010 à 2013. Ce projet vise à diminuer et ralentir la circulation automobile principalement autour d’une station de métro, d’écoles primaires et d’un parc. Parmi les principaux résultats, au niveau de l’exercice du droit à la ville, nous observons que les femmes et les hommes de notre échantillon partage une vision similaire de leur mobilité, de la convivialité du secteur Laurier-Est, de leur appropriation des espaces publics urbains et de leur participation aux diverses séances de consultations. La perception des femmes et des hommes diffère cependant en ce qui a trait à leur sentiment de sécurité et à l’accès de certains services urbains. De plus, nous observons que les femmes ont un regard plus critique face au projet de réaménagement du secteur et ses effets sur l’exercice de leur droit à la ville.

Biographie de la conférencière :

Frédérique Roy Trempe, Titulaire d’une maîtrise en urbanisme de l’Université de Montréal, Frédérique Roy Trempe terminera sous peu un doctorat en Études urbains (UQÀM) réalisé sous la supervision de Catherine Trudelle. Ses intérêts de recherche sont, entre autres, liées au droit à la ville, aux effets des aménagements urbains sur les réalités et les expériences des habitantes et des habitants ainsi qu’à l’analyse différenciée selon le genre. Parallèlement à son cursus académique, elle a réalisé des contrats de recherche pour différents organismes municipaux et communautaires dont l’avis publié par le Conseil des Montréalaises intitulé: Montréal, une ville festive pour toutes. Avis sur la sécurité des femmes et des jeunes femmes cisgenres et trans lors des événements extérieurs à Montréal.